“Pli dous ki la kaz i pa gen”

Je ne sais pas vous mais dès que je quitte la Guyane, j’ai hâte d’y revenir. Hâte de retrouver le soleil, les arbres et cette nature que je chéris. Je ne sais pas vous mais parfois je m’amuse à parcourir les rues de Cayenne comme l’aurait fait un touriste. Et j’ai le cœur qui bat, les yeux qui pétillent… comme si pour la première fois je découvrais ses cases créoles, ses boutiques colorées, sa population chaleureuse… et je souris. Je ne sais pas vous mais j’ai mal à mon cœur face au mépris que subit ce pays qui n’en est pas un. Quand on le salit, quand on le détruit, quand on l’oublie… Je ne sais pas vous mais je crois que tout n’est pas fini et que cette terre pleine de richesses n’a pas dit son dernier mot. Et si personne d’autre n’y croit alors tant pis. Mais chez moi c’est Lagwiyann et Lagwiyann c’est chez moi.

“Pli dous ki la kaz i pa gen”.